PRESENTATION

 

Fondée en 1953, c'est une association loi 1901, de nature populaire et familiale. Reconnue d'utilité publique comme une association de jeunesse et d'éducation populaire, formée de malades guéris, d'abstinents volontaires et de sympathisants.Son but est d'aider à la guérison et à la promotion de toutes les personnes victimes de dépendance, et lutter contre les causes qui l'engendrent.

   

      Accompagnement des malades

 

      Personne ne peut mieux comprendre un malade dépendant qu'un ancien malade dépendant qui a eu les mêmes problèmes, les mêmes souffrances, les mêmes doutes.

      

       Les permanences des équipes de base

 

       Des équipes de base tiennent régulièrement des permanences, c'est là que se fait l'accueil des nouveaux. Ici se côtoient des malades en cours de soins, des malades pas encore soignés, des malades guéris depuis des années ou depuis peu, des proches de malades et des abstinents volontaires. Au cours de ces permanences chaque participant raconte son parcours, ses craintes, ses doutes, tout le monde se soutient mutuellement. Les nouveaux venus sont libres de participer aux discussions où seulement d'écouter les autres s'ils ne se sentent pas prêts.

     

      Le Groupe Femme

 

      Indissociable des permanences mixtes VIE LIBRE, les groupes femmes permettent de réunir des malades guéries, des abstinentes volontaires, des femmes désireuses de sortir  de la maladie ou des conjointes de malades.

      Lors de ces réunions, basées sur une totale confiance, la libération de la parole se fait naturellement et permet d'aborder et appronfondir tous les sujets sans préjudices ni tabou.

 

     Les milieux hospitaliers

 

     Depuis de nombreuses années, le Mouvement Vie Libre, effectue des visites en milieu hospitalier dans les services d’addictologie.

 

      1)  Rencontrer des malades dépendants, et leur faire prendre conscience de l’importance d’adhérer à une association à l’issue du sevrage pour pérenniser la guérison, sortir de l’isolement.

        2)  Suivre des malades qui sont déjà venus  aux permanences Vie Libre, et qui, au bout d’un certain temps franchissent le pas et décident d’engager des soins.

        3)  Suivre des malades que l’on a fait rentrer en soins d’urgence, car leurs jours étaient en danger.

      4)  Rencontrer les différents médecins addictologues, avec qui nous échangeons sur la maladie et le suivi des malades  dans un  esprit de complémentarité.

        5) Nous établissons un pont entre l'hôpital et la sortie du malade, afin qu'il n'y ait pas de rupture dans la lutte contre la maladie.

                  

  Dans les Prisons

 

          Nul n’ignore que l’addiction à certain produit favorise le passage à l’acte et entraîne souvent l’incarcération. Vie Libre veut répondre à ce problème, auprès des détenus, dans un double souci de prévention et réinsertion.

 

          Les premières visites ne sont pas évidentes. Finalement  il faut se rappeler que la personne incarcérée reste un être humain, même lorsqu'elle a franchi les limites. Mais au fil des rencontres, on  découvre  des personnes victimes d'addictions (comme nous) qui ont commis des délits plus ou moins graves. Avec certains, on peut  sentir le bien que l’on apporte au cours de nos  discussions ; il  semble aussi que nous les aidons à analyser leur problème. Il est bon de voir l’évolution des détenus. La confiance s’établit et l’échange se met en place. Nous aurions  pu être nous aussi derrière les barreaux.


Réagir